Un mois depuis la fin de ma première mission : et après ?

_MG_3501

Il y a six mois, je ne cessais de me demander comment je serai à mon retour.

Je possède la réponse aujourd’hui : plus forte.

 

Le jour du départ, je me sens comme téléportée de la brousse congolaise à l’Europe. Les six mois passés se volatilisent, comme si j’avais rêvé.

Les premiers jours je savoure les plaisirs oubliés : la liberté de marcher seule des heures durant, le silence ambiant, les soirées avec mes amis, mes plats favoris …

Je me sens courageuse, j’ai le sentiment de pouvoir vaincre toute épreuve. Ici, tout est si facile …

Ma vie apparaît comme un buffet à volonté après avoir jeûné des mois durant. Mais, résultat : j’ai la nausée.

Mon corps et mon esprit n’ont pas quitté les rails des montagnes russes : entre plaisir et déplaisir, plus de juste milieu, je passe d’un extrême à l’autre.

C’est ainsi que commence la lutte intérieure : le combat entre l’attachement à une vie confortable aux règles familières et la passion d’un travail riche humainement et émotionnellement.

Dans ce conflit s’immisce la peur. Celle de ne plus savoir vivre, de perdre l’équilibre, de chuter. Celle d’aimer deux mondes opposés mais de ne plus s’adapter à eux. La crainte de se noyer, au fond de deux extrêmes : s’adonner aux autres ou à soi – même.

                          Y O U R   D E C I S I O N S   T O D A Y   
                                                W I L L   
                          D E F I N E   Y O U R   T O M O R R O W

Finalement, un mois après mon retour, mon esprit s’apaise. Je comprends que je ne dois pas me projeter mais vivre pleinement une chose après l’autre.

Même si un certain désir de stabilité se fait ressentir, je sais que ce n’est pas le moment, car ma place est dans l’humanitaire.

Avant de repartir je prends le temps de me reconnecter avec des valeurs sûres.

Les prochains mois seront donc consacrés à nourrir mon être intérieur afin d’être prête à me donner à nouveau passionnément à mon travail.

Alors, on continue l’aventure ?

 

© Anya Erikovna

2 Replies to “Un mois depuis la fin de ma première mission : et après ?”

  1. Superbe ce que tu fais anya.a travers ton blog tu nous projette s au milieu de ta vie quotidienne .tu décrits très bien ton ressentiment et on reste à côté de toi..merci pour tout .de gros bisous continu l aventure tu es faite pour cela…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s