La plus belle des récompenses (prise en charge de la malnutrition)

       Un matin de novembre, je fais la connaissance d’Atosha. Elle arrive dans les bras de sa mère, les yeux révulsés en arrière et les bras tombant. On devine parfaitement la forme de ses os sous sa peau dépourvue de muscle. Ses veines du crâne tendent à exploser sur son corps squelettique. Impossible …